Verizon Connect dévoile son étude conduite par l’Ifop et dédiée aux comportements à risque des Français au volant d’un véhicule d’entreprise

Cette étude révèle les comportements à risque de certains Français au volant et leur fréquence dans le cadre professionnel.

 

  • Près de 8 Français sur 10 (79%) ont déjà dépassé les limitations de vitesse au moins une fois au volant d’un véhicule d’entreprise.

  • Plus d’1 Français sur 2 (61%) consulte son téléphone au moins une fois par mois au volant d’un véhicule d’entreprise.

  • Plus d’1 Français sur 4 (29%) a déjà bu de l’alcool au moins une fois au volant d’un véhicule d’entreprise.

  • Plus de 7 Français sur 10 (71%) justifient le comportement dangereux au volant d’un véhicule d’entreprise par le fait d’être en retard.

  • Pourtant plus d’1 Français sur 2 (51%) n’a pas le sentiment d’avoir déjà eu un comportement dangereux au volant d’un véhicule d’entreprise.

 

Paris, le 13 octobre 2017 - A l’occasion de la Journée Nationale de la Sécurité Routière, Verizon Connect, fournisseur mondial de solutions SaaS axées sur la gestion de flotte de véhicules, dévoile aujourd’hui son étude sur « Les Français et la Sécurité Routière au travail » réalisée en partenariat avec l’lfop.

En interrogeant un échantillon représentatif de 507 Français qui utilisent un véhicule mis à disposition par leur entreprise, cette étude révèle les comportements à risque de certains Français au volant et leur fréquence dans le cadre professionnel. Verizon Connect et l’Ifop ont souhaité interroger des Français conduisant un véhicule léger ou de livraison, un utilitaire plateau ou une camionnette avec plateforme élévatrice pour obtenir des résultats représentatifs des différents secteurs d’activité.

En effet, près de 9 Français interrogés sur 10 (88%) ont déjà eu au moins un comportement à risque au volant d’un véhicule d’entreprise qu’il s’agisse d’utilisation de téléphone, d’excès de vitesse, de consommation d’alcool ou de médicaments

L’utilisation du téléphone en voiture reste une réalité même dans le monde du travail

Alors qu’un accident de voiture sur dix est provoqué par l’utilisation d‘un téléphone1, celui-ci est largement consulté dans le cadre de la conduite professionnelle. En effet, 61% des personnes interrogées affirment consulter leur téléphone au volant au moins une fois par mois, une personne sur deux au moins une fois par semaine (48%) et plus du tiers presque tous les jours (35%).

Cette tendance est d’autant plus forte chez les travailleurs indépendants et les commerciaux avec une proportion de 61% des personnes interrogées qui consultent leur téléphone au volant tous les jours ou presque. La consultation régulière du téléphone au volant concerne même 62% chez les conducteurs de camionnette, 58% chez ceux d’un véhicule de livraison et 57% chez ceux d’un véhicule utilitaire.

Preuve que ces comportements dangereux sont très courants, les alternatives autorisées pour téléphoner en voiture comme l’utilisation d’une oreillette ne concerne régulièrement que 19% des personnes interrogées.

Dépassement des limitations de vitesse

Après la consultation du téléphone, le dépassement des limites de vitesse est le second comportement à risque le plus largement répandu chez les personnes qui conduisent un véhicule d’entreprise. Ainsi, près de 8 personnes interrogées sur 10 ont déjà dépassé les limitations de vitesse (79%) dont 64% plusieurs fois. Les employés sont les plus concernés par cette situation avec 71% des personnes interrogées.

Consommation d’alcool et de médicaments

La consommation d’alcool et de médicaments altérant la concentration au volant est relativement moins répandue. Néanmoins, près de trois personnes interrogées sur dix (29%) ont déjà bu de l’alcool avant de conduire le véhicule d’entreprise (tout en pensant respecter la limite autorisée) dont 20% plusieurs fois. Cette tendance est d’autant plus forte dans certains secteurs avec plus d’un cadre interrogé sur 4 (26%) et plus d’un employé du BTP sur 3 (34%) ayant déclaré qu’ils avaient déjà conduit leur véhicule d’entreprise après avoir bu de l’alcool.

Par ailleurs, plus d’un quart des sondés affirme avoir déjà conduit un véhicule d’entreprise en ayant consommé des médicaments prescrits par leur médecin et pouvant gêner leur concentration (26%), dont près d’un sur 5 plusieurs fois (16%).

Des comportements dangereux liés au rythme de vie

En effet, les Français interrogés justifient ces comportements avant tout par des raisons personnelles, liées à leur rapport au temps. Le fait d‘être en retard est en effet la raison la plus citée (71%) devant le stress et la fatigue (62%) et le besoin de rentrer rapidement chez soi (45%) qui concernent près ou plus de la moitié des Français interrogés.

Malgré la mise en évidence claire de ces comportements dangereux par cette étude réalisée par l’Ifop pour Verizon Connect, moins d’une personne interrogées sur 2 a le sentiment d’avoir déjà conduit un véhicule d’entreprise en ayant de comportements dangereux (49%).

Ce décalage entre perceptions et comportements pourrait être pallié par un effort en matière de pédagogie, notamment de la part des entreprises comme le pense 64% des personnes interrogées.

Dans cette optique, les différents assistants à la conduite peuvent s’imposer comme une solution intéressante face à ces comportements dangereux, d’autant plus que 91% des répondants en ont une opinion positive.

1 Source : Site de la Sécurité Routière: http://www.securite-routiere.gouv.fr/medias/les-chiffres-de-la-route/les-chiffres-du-telephone

Fleetmatics, Telogis et Networkfleet se sont réunis. En savoir plus.